Partager
Réservez votre vol pour Francfort / Main ou ailleurs ici

Suivez-nous sur

  • facebook
  • twitter

----------------------

Schirn Kunsthalle
à Francfort

Schirn Kunsthalle sur la place du "Römer"
________________________________________________


La place du "Römer" marque le centre historique de la ville. A sa partie ouest se dresse le Römer, depuis 1405 l'Hôtel de Ville. Ce bel édifice se caractérise extérieurement par les façades gothiques en pignon à redans des trois maisons contiguës qui le composent.
La Kunsthalle communément appelée "Die Schirn" ne possède pas de collection propre, mais est un lieu d'expositions de réputation mondiale. Fondée en 1986, elle a déjà réalisé plus de 200 expositions et accueilli plus 5 millions de visiteurs. Elle dispose d'une surface d'exposition de 2 000 m².

_______________________________________

Alaska-Schneeschaf, Denali National Park, 1997, 400 x 190 x 238 cm, © Übersee-Museum, Photo : Matthias HaaseHiroshi Sugimoto, Earliest Human Relatives, 1994, Silbergelatineabzug, 42,3 × 54,3 cm, © the artist, Courtesy Sugimoto StudioJeff Wall, The Giant, 1992, Leuchtkasten mit transparenter Fotografie, 39 x 48 x 13 cm, Privatsammlung, © Jeff WallJean Paul Favand, Naguère Daguerre 1, 2012, Leinwand aus dem 19. Jh., digitale Lichtinstallation, 270 x 410 cm, Musée des Arts Forains, © Jean Paul Favand, Photo : Jean MulatierRichard Barnes, Man with Buffalo, 2007, Inkjetprint, 137,2 x 167,7 cm, © Richard Barnes

Diorama

6 octobre 2017 au
21 janvier 2018

L’exposition est organisée en partenariat avec la le Palais de Toky, Paris. À l’été 2017. On y découvre une source d’inspiration inattendue des artistes contemporains : le diorama. L’exposition déconstruit de manière inédite l’histoire du regard, au croisement de l’histoire, de l’histoire de l’art, du cinéma, du monde de la scène, des arts populaires et forains et de l’histoire des sciences et techniques. Balzac qualifiait le diorama de "merveille du siècle"(1) : son invention au XIXème siècle a constitué une révolution optique, un moment clé de l’histoire du spectaculaire dans l’héritage des lanternes magiques du XVIIème siècle. Du diorama de Daguerre consistant en une peinture de grande dimension soumise à de savants jeux d’éclairage, au célèbre diorama historique ou naturaliste connu des musées d’Histoire naturelle, formé d’une vitre, d’une toile de fond et d’éléments tridimensionnels, le diorama incarne le règne de la mise en scène et de l’illusion. En donnant, selon la forme inventée par Daguerre, l’impression du mouvement par des effets de lumière, il figure pour la première fois le passage du temps, et anticipe l’invention du cinéma. En offrant, dans sa seconde acception, la reconstitution d’une situation qui ne peut être vue pour des raisons spatiales ou temporelles, il donne naissance à une réalité virtuelle, et invite à croire, un instant, à l’authenticité de l’artifice. S’il met en scène notre connaissance du monde, le diorama - dont l’étymologie signifie "voir à travers" - sert ainsi également de support de projection à l’imaginaire, et trouve notamment son origine dans le monde du théâtre. Ainsi, au-delà de l’histoire du diorama et de son influence sur des artistes majeurs du XXème et du XXIème siècle, l’exposition Diorama invite à plonger dans les mécanismes cachés de ce dispositif. En démantelant ses stratégies d’illusionnisme, elle offre la possibilité d’élaborer une approche critique du pouvoir de représentation, et ouvre à des problématiques actuelles telles que la conscience écologique et l’héritage visuel du colonialisme.
Avec : Richard Baquié, Marvin Gaye Chet­wynd, Mark Dion, Isa Genzken, Robert Gober, Mathieu Mercier, Kent Monkman, Hiroshi Sugimoto, Jeff Wall et d'autres.
CommissaireS de l’exposition à la Schirn Kunsthalle, Francfort : Katharina Dohm et Claire Garnier, Laurent Le Bon et Florence Ostende du Palais de Tokyo.
Source Paiais de Tokyo


Horst Naumann, Weimarer Fasching, um 1928/29, Öl auf Leinwand, 91 x 71 cm, Albertinum / Galerie Neue Meister, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, © bpk / Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Foto: Elke Estel / Hans-Peter Klut

George Grosz, Straßenszene (Kurfürstendamm, Berlin), 1925, Öl auf Leinwand, 82 x 62 cm, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid, © VG Bild-Kunst, Bonn 2017
Rudolf Schlichter, Margot, Berlin, 1924, Öl auf Leinwand, 110,50 cm x 75,00 cm, Stadtmuseum Berlin © VG Bild-Kunst, Bonn 2017, Foto: Michael Setzpfandt, Berlin

Exposition
Splendeur et Misère de la République de Weimar
D'Otto Dix à Jeanne Mammen

27 octobre 2017 au 25 février 2018

Traduction en cours
Les tensions sociales, les luttes politiques, les bouleversements sociaux, mais aussi les révolutions artistiques et les innovations caractérisent la République de Weimar. La Schirn Kunsthalle Frankfurt présente dans une grande exposition thématique l'art en Allemagne de 1918 à 1933. Des œuvres directes, ironiques, accusatrices et souvent même prophétiques illustrent la lutte pour la démocratie et peignent l'image d'une société en crise et en transition. Les problèmes de l'époque poussent de nombreux artistes à réfléchir sur la réalité et la vie quotidienne, à la recherche d'un nouveau réalisme ou "naturalisme". Avec leurs regards individuels, ils ont capturé la vie de leurs contemporains d'une manière saisissante : les malheurs de la Première Guerre mondiale avec des représentations de soldats handicapés et de "profiteurs de guerre", les personnages publics, la ville avec son industrie du divertissement et la prostitution croissante, les troubles politiques et les gouffres économiques, ainsi que le rôle de la femme nouvelle, les débats sur l'homosexualité l'avortement, les changement du à l'industrialisation et la naissance de l'engouement pour les sports.
L'exposition "Splendeur et Misère de la République de Weimar offre un panorama impressionnant de cette époque.

Dans cette exposition, la Schirn Kunsthalle réunit environ 200 peintures, graphiques et sculptures de 62 artistes renommés ainsi que des artistes moins connus : Max Beckmann, Kate Diehn-Bitt, Otto Dix, Dodo, Conrad Felixmüller, George Grosz, Carl Grossberg, Hans et Lea Grundig, Karl Hubbuch, Lotte Laserstein, Alice Lex-Nerlingerlinger, Elfriede Lohse-Wächtler, Jeanne Mammen, Oskar Nerlinger, Franz Radziwill, Christian Schad, Rudolf Schlichter, Georg Scholz...

La Schirn Kunsthalle a pu obtenir d'importants prêts de nombreux musées allemands et internationaux, de collections publiques et privées : Metropolitan Museum of Art et la New Gallery de New York, le Museo Thyssen-Bornemisza Madrid, le Museum Moderne Kunst Stiftung Ludwig Vienne, la National Gallery, la Galerie National de Berlin, l'Albertinum der Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Städtischen Galerie im Lenbachhaus München, Sprengel Museum Hanovre, Kunstmuseum Stuttgart, Folkwang Museum Essen et Stiftung Museum Kunstpalast Düsseldorf.

Georg Scholz, Café (Hakenkreuzritter), 1921, Aquarell und Gouache über Bleistift auf Papier, 30 x 49 cm, Merrill C. Berman Collection, New York, © VG Bild-Kunst, Bonn 2017, Foto: Galerie Michael Hasenclever

 

Recherche d'hôtels

Du

Au

Réservation de voyage à Francfort avec Allemagne Voyage tourisme & culture
Recherche personnalisée
Réservez ici votre vol pour Francfort/Main ou ailleurs

 

Schirn Kunsthalle

Frankfurt Römerberg
60311 Frankfurt
Réservez ici votre hôtel à proximité de la Schirn Kunsthalle
Site de la Kunsthalle en allemand et anglais
Métro / U-Bahn 4, 5, station Dom/Römer,
Tram / Straßenbahn 11, 12, station Paulskirche
Tarifs (peuvent varier selon les expositions)
9 €, réduit 7 €,
gratuit pour les enfants de moins de 8 ans, familles 20 €
Horaires d'ouverture
Mardi, vendredi - dimanche 10 à 19 heures
Mercredi et jeudi 10 à 22 heures